Die Schweiz und die EU - Für einander geschaffen


27 Décembre 2012 - écrit par sylvina neri - Lu 120 fois

Préface


Dans son livre, Jacques Janin réunit engagement, raison et perspectives. Il contribue ainsi à faire tomber les œillères ou écarter les partis pris sur la place de la Suisse dans l’Europe et à surmonter le blocage actuel sur l’unique voie bilatérale. C’est un plaidoyer convaincant et bienvenu pour une entrée dans l’Union européenne.
 
Notre pays fait naturellement partie de l’Europe. La Confédération, par son histoire et sa construction, ressemble à la construction européenne qui a apporté paix et liberté sur le continent, ce dont la Suisse a grandement profité. La publication aide à ouvrir son horizon, et à ne pas se concentrer uniquement sur les questions de l’accès au marché et de la non-discrimination par rapport à la politique européenne. Il contribue à orienter ses pensées sur ce qui est vraiment important: une participation active et constructive à l’édification et à la pacification du continent ainsi qu’à la défense des valeurs européennes dans un monde globalisé.
 
Que ce soit une voix venant de l’agriculture qui le fasse, et qui considère en même temps que la concurrence et les marchés ouverts sont des conditions à un développement durable, donne à ce livre une valeur particulière. L’agriculture suisse ne pourra à terme survivre que dans le cadre d’une union monétaire. Les dernières expériences faites avec un franc trop fort, puis sa liaison à l’euro, montrent clairement que déjà à moyen terme, c’est à l’intérieur de l’Union que le tissu industriel national et l’agriculture auront le plus de chance d’être sauvegardés et développés.
 
C’est d’autant plus vrai si on considère les perspectives à long terme: la Suisse fait déjà depuis longtemps partie de l’Europe. Elle est de plus en plus considérée comme étant dans le train européen, et comme membre associé. Les défis de l’Europe sont aussi les défis de la Suisse. En voulant mener seule sa politique extérieure, la Suisse n’obtiendra que quelques avantages à court terme, qui se transformeront en désavantages à long terme. La Suisse ne peut que gagner en importance en participant activement au processus d’intégration européen, avec ses succès comme avec ses échecs, en appor- tant son expérience, sa force économique et son fédéralisme.

C’est le moment de revenir à cette évidence et d’en tirer les conclusions. Jacques Janin apporte à ce propos une contribution engagée destinée à la jeune génération.
 
Thomas Cottier,
professeur de droit économique européen et international
à l’Université de Berne




              



Partager ce site

Derniers tweets
RT @mathieujanin: Jacques Janin: «L’agriculture suisse doit avoir une vision européenne» publié dans LE TEMPS du 7 février 2013 http://t ...
Jeudi 7 Février - 15:09
"L'avenir de l'agriculture suisse passe par l'Europe" http://t.co/nIibwCED
Samedi 5 Janvier - 10:36
RT @mathieujanin: L'agriculture suisse est menacée sans l'Europe selon Jacques Janin ... - See on Scoop.it - La Suisse et... http://t.co ...
Samedi 5 Janvier - 10:33
Acheter le livre /Das Buch einkaufen: Vous pouvez acheter le livre en ligne ou hors-ligne en version papier ou él... http://t.co/YzZOuXYM
Dimanche 30 Décembre - 12:43

Facebook

Flux RSS
Facebook
Twitter
Rss